Et si on repensait les exonérations de charges…

17 avril 2018 | Actus, Étude

…pour en faire un levier du redressement commercial et industriel de la France?

 

Depuis le début des années 90, la France fait le pari de la baisse des charges sur les bas salaires. Cet acharnement stratégique interpelle. D’abord, parce qu’il ne répond pas au défi posé par l’érosion de la compétitivité française. C’est le coût de l’emploi qualifié qui détermine la compétitivité d’une nation. Ensuite, parce qu’il produit des résultats particulièrement décevants. 250 000 emplois créés ou maintenus pour 25 milliards d’euros d’exonérations…soit une subvention publique de quelques 100 000 euros par emploi.

A l’inverse, certains éléments empiriques laissent penser qu’une approche alternative aux baisses des charges sur les bas salaires pourrait être plus efficace. Ainsi, le Think Tank trans-partisan et indépendant le Jour d’Après montre dans cette étude comment des baisses de charges ciblées sur le secteur exportateur pourraient induire un véritable « choc de l’offre » pour notre économie. Plus efficaces en termes de créations d’emplois, notamment qualifiés, et surtout de compétitivité….avec une baisse équivalente à 37.8% du déficit commercial…le recentrage des exonérations changerait la donne.

Une telle réorganisation de la politique d’exonérations poserait des problèmes légaux. L’Europe tolère le dumping social, mais interdit les exonérations sectorielles de charges. Ainsi cette étude montre pourquoi une autre Europe de la concurrence est nécessaire, pour la survie de notre modèle économique et social…

Une étude importante qui interroge notre stratégie économique dans son ensemble.

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Vous recevrez les dernières actualités du Jour d'Après.

Vous êtes désormais abonné !

Vous souhaitez nous rejoindre ?

Remplissez ce formulaire et nous prendrons contact avec vous !

X